PROTESTATION: DES LYCÉENS ENCORE DANS LES RUES


INDIS, vendredi 11 septembre 2020.- Depuis la reprise des activités scolaires le 3 août 2020 en Haïti, suite à la levée de l’état d’urgence, provoqué par la covid-19, des élèves des écoles publiques, dont des lycéens en particulier, investissent les rues, pour réclamer la présence de professeurs dans leurs salles de classe.


En plus des actes de violence répréhensibles qui ont affecté d’autres secteurs d’activités et causé de graves préjudices à la population, ces protestations d’élèves enregistrées à Jacmel, à Petit-Goave, aux Gonaives, à St Marc, à Port-au-Prince... ont souvent été l’objet de cas d’affrontements, entre élèves et policiers, entre élèves des écoles publiques et ceux des écoles privées.


Ces élèves victimes de l’absence de professeurs dans leur salle de classe, à cause de la grève des enseignants travaillant pour l’’état qui réclament une augmentation de salaire, jugent inacceptables que d’autres élèves des établissements privés, continuent de voir le programme académique qui sera mis en examen officiel prochainement, auquel ils devront eux aussi subir les épreuves.


Le vendredi 21 août dernier, 3 élèves d’une école privée à St Marc ont été arrêtés et gardés à vue pour avoir frappé violemment le directeur de leur établissement scolaire qui les refuse de rejoindre une manifestation de leur camarade du secteur public. Selon le professeur Dieudonné Démosthènes qui a condamné cet incident, la vidéo circulant en boucle sur les réseaux sociaux, a publié la partie où le directeur est frappé par des élèves, sans montrer celle où ce directeur avait à son tour agressé violemment un élève.


Le Ministre de l’Éducation Nationale et de la Formation Professionnelle, Pierre Josué Agénor Cadet, en lançant un appel au calme, ce mardi 8 septembre, a dénoncé l’infiltration de personnes à motivation politique ainsi que de certains enseignants qui veulent troubler l’ordre public.


À Port-au-Prince, le Collège Le Normalien, situé au Bois-Verna a été attaqué ce mardi 8 septembre, par des élèves et des individus violents.


Ce mercredi 9 septembre, des lycéens ont emprunté l’avenue Jean-Paul II, pour s’attaquer au Collège Canado Haïtien. Ils entendaient perturber le fonctionnement de cette école considérée comme un établissement pour des privilégiés.


Ce jeudi 10 septembre, fut le tour du College Blaise Pascal à Lalue de subir les assauts de ces élèves et militants associés à leur cause. Des pierres ont été lancés sur une station de radio. Au moins un policier et un élève blessés, deux lycéens arrêtés.


Les élèves en rébellion ont pris systématiquement pour cibles des établissements scolaires privés qu’ils refusent de laisser fonctionner en déséquilibre du système éducatif.


Ces élèves ont englobé dans leur revendication, le climat de l’insécurité qui prévaut dans le pays. Ils réprouvent l’assassinat crapuleux du Bâtonnier de l’Ordre des Avocats de Port-au-Prince, Me Monferrier Dorval et les exactions des gangs armés, dans les zones populaires, particulièrement au Bel-Air, à environ deux kilomètres du Palais National.


Afin d’éviter le pire, cette crise de gouvernance politique, mérite d’être mieux gérée par le pouvoir.


Les mouvements d’écoliers en Haïti depuis 1946 sous le président Elie Lescot, ont toujours conduit le pays à une situation redoutable. FIN


INDEX INFO SERVICES (INDIS) TELS: (509) 37807171 / 33147878 e-mail: indis2020@yahoo.com Whatsapp: 509 37807171 website: www.indis.top INDIS: INFO POUR SERVIR

Inscrivez-vous à notre newsletter

6 bis, Delmas 60, Delmas, HAITI

indis2020@yahoo.com

tel: (509) 37807171 / 33147878

  • Facebook
  • Twitter
  • Instagram - Cercle blanc
  • YouTube