SOCIÉTÉ: LE NOUVEAU CODE PENAL CONTESTÉ, JOVENEL MOÏSE APPELLE AU DIALOGUE


INDIS, mardi 7 juillet 2020.- En réaction à la polémique suscitée autour du nouveau code pénal, depuis sa publication le 24 juin 2020, le président de la république d’Haiti, Jovenel Moïse, semble comprendre la nécessité de réévaluer la portée de ce décret, très mal accueilli par certains secteurs du pays.


Ce 6 juillet, dans un message sur son compte twitter, le chef de l'État dit avoir demandé au Premier ministre, Joseph Jouthe, de lancer un dialogue sur la question.

« L'heure n'est pas à la confrontation, mais au dialogue et à la sérénité. La publication du nouveau code pénal a suscité un débat très animé. C'est un signe encourageant de l’engagement citoyen, » a écrit le président.


Les autorités ecclésiastiques des églises chrétiennes, catholique et protestante ont appelé à l’abolition du décret de ce code pénal, dont certains articles sont jugés offensants.

Les 17 Évêques de la Conférence Épiscopale d'Haïti (CEH) de l’église catholique, y compris le Cardinal Chibly Langlois, ont denoncé le caractère immoral de ce code pénal qui ne cadre pas avec les les moeurs et coutumes de la société haïtienne.


« Nous, les évêques catholiques d’Haïti, voulons tout simplement déclarer énergiquement que celui-ci est éthiquement et socialement inacceptable sur plusieurs points, tant par la manière de procéder que par son contenu. » Ce décret est une atteinte particulièrement grave à l’essence même de notre humanité. Il implique les difficiles et complexes questions de l’inceste, de la majorité et des orientations sexuelles, et même de changement de sexe, écrivent ces évêques.


Le secteur protestant de son côté, considère ce décret comme une mesure pour renforcer l'homosexualité dans le pays. Le pasteur Joseph Gérald Bataille a, dans une déclaration, le mercredi 1er juillet 2020, exprimé son indignation par rapport à ce décret. « Le nouveau code pénal arrive même à diminuer mon sommeil, » en annonçant, « une réponse appropriée des églises protestantes. »


« Quiconque ayant une certaine moralité a le devoir de se révolter contre un tel décret. Juges, avocats, prêtres, vaudouisants, sommes tous concernés, soutient le pasteur Bataille. Selon lui, certaines pratiques mentionnées dans ce nouveau code pénal sont interdites par la bible, précisément dans le livre de lévitique, au chapitre 20 et suivants », souligne-t-il.


« Je suis prêt à aller en prison au lieu de célébrer des mariages homosexuels. J’aurais préféré payer les amendes, » poursuit-il.


Alors que le pays peine à se remettre des graves dommages de la Covid-19, à une situation socio-économique déjà précaire, le président doit tout faire, pour désarmorcer cette nouvelle crise, susceptible de fragiliser davantage la population.


Faut-il aussi faire la part des choses, pour répondre aux interrogations légitimes sur ce décret, d’une part, en précisant également, le rôle fondamental d’un État laïque, d’autre part?


Servilius Jean Robenson.


INDEX INFO SERVICES (INDIS) TELS: (509) 37807171 / 33147878 e-mail: indis2020@yahoo.com Whatsapp: 509 37807171 website: www.indis.top INDIS: INFO POUR SERVI

Inscrivez-vous à notre newsletter

6 bis, Delmas 60, Delmas, HAITI

indis2020@yahoo.com

tel: (509) 37807171 / 33147878

  • Facebook
  • Twitter
  • Instagram - Cercle blanc
  • YouTube